H&C ● LL COOL JO

35.00 17.50

by LLCOOLJO

Effacer

T-shirt Blanc, 100% coton.
Sérigraphié en France avec des encres à l’eau.
Edition limitée à 100 exemplaires numérotés

Ce t-shirt est un contre-pied débile assumé par LL COOL JO : « Ayant eu la chance de baigner dans le punk hardcore dès mon adolescence, j’ai toujours été passionné par cette musique et les visuels qui en découlent sous toutes leurs formes, en particulier pour les genres crust et grind. Récemment, nombreux de ces codes ont été repris par la culture « mainstream ». Plus amusé qu’agacé par tout ça, j’ai eu l’envie de me moquer de ce phénomène; j’imagine qu’avec cet artwork je vais agacer plus d’un “true crustie” et vu que je suis un peu con tout en étant “légitime” (ayant joué dans quelques groupes de cette scène), ça me fait bien rire. Ce dessin me permet de revendiquer une certaine immaturité teintée de cynisme. »


Llcooljo, 30 ans, récupère, détourne, recycle, colle, tatoue, dessine et invente de ses mains avec les matériaux les plus pauvres et les outils les plus simples un monde. À la fois tendre et étrange, sombre ou joyeux, débordant toujours, saturé de couleurs, de signes, d’images, d’énergie, son travail est toujours spontané, explosif et diablement inventif. Point de tracé préalable ni d’idée préconçue ; lui-même ignore toujours ce qu’il s’apprête à illustrer ou à écrire. Seule revendication : point d’école, autodidacte pour commencer et autodidacte pour finir. Son travail jaillit tout droit de son propre fond et non des poncifs de l’art classique ou de l’art à la mode. Ses oeuvres sont toutes imprégnées d’influences diverses, d’abord son grand frère qu’il imita depuis tout petit et par qui est venu le plaisir de crayonner, puis les peintres mexicains comme Frida Kahlo ou Guadalupe Posada et leur danse avec la mort, l’esthétique punk, la culture skate, la BD indépendante, le graffiti brésilien pour son trait sauvage sans préoccupation esthétique aucune, l’imagerie religieuse si délicieusement détournable, l’ésotérisme, le vaudou, Bukowski l’ivrogne instable et chaotique…et autres expressions de l’art brut ou du metal. Il tourne en même temps que ses oeuvres dans toute l’Europe : Danemark, Italie, Belgique, Hollande, Espagne, Autriche, Angleterre et dernièrement au Brésil.

Son site

 

 

  Notre pote LLCOOLJO est à Paris et investit le Salon (Atelier – Galerie) du 22 janvier au 5 févier, 92 rue Jean-Pierre Timbaud (XI).
Vernissage ce soir :  Exposition de dessins, photos et collages.Session tatouage (les 25 & 26) et Live de son groupe Françoise Pagan le 24 janvier.Demain on vous dévoilera le t-shirt qu’on a édité pour l’occasion ; un contre-pied débile assumé par Jo, disponible en exclusivité, ce soir au vernissage : « Ayant eu la chance de baigner dans le punk hardcore dès mon adolescence, j’ai toujours été passionné par cette musique et les visuels qui en découlent sous toutes leurs formes, en particulier pour les genres crust et grind. Récemment, nombreux de ces codes ont été repris par la culture « mainstream ». Plus amusé qu’agacé par tout ça, j’ai eu l’envie de me moquer de ce phénomène; j’imagine qu’avec cet artwork je vais agacer plus d’un “true crustie” et vu que je suis un peu con tout en étant “légitime” (ayant joué dans quelques groupes de cette scène), ça me fait bien rire. Ce dessin me permet de revendiquer une certaine immaturité teintée de cynisme. »

 

  Notre pote LLCOOLJO est à Paris et investit le Salon (Atelier – Galerie) du 22 janvier au 5 févier, 92 rue Jean-Pierre Timbaud (XI).
Vernissage ce soir :  Exposition de dessins, photos et collages.Session tatouage (les 25 & 26) et Live de son groupe Françoise Pagan le 24 janvier.Demain on vous dévoilera le t-shirt qu’on a édité pour l’occasion ; un contre-pied débile assumé par Jo, disponible en exclusivité, ce soir au vernissage : « Ayant eu la chance de baigner dans le punk hardcore dès mon adolescence, j’ai toujours été passionné par cette musique et les visuels qui en découlent sous toutes leurs formes, en particulier pour les genres crust et grind. Récemment, nombreux de ces codes ont été repris par la culture « mainstream ». Plus amusé qu’agacé par tout ça, j’ai eu l’envie de me moquer de ce phénomène; j’imagine qu’avec cet artwork je vais agacer plus d’un “true crustie” et vu que je suis un peu con tout en étant “légitime” (ayant joué dans quelques groupes de cette scène), ça me fait bien rire. Ce dessin me permet de revendiquer une certaine immaturité teintée de cynisme. »