TYPOMORPHISME ● L’outsider

34.00

En stock

Description

Cette seconde collaboration avec L’outsider nous ravit. C’est toujours un énorme plaisir de suivre ce peintre breton qui prolonge sa pratique issue du graffiti vers l’art contemporain. Le travail de L’Outsider a pour vocation de confronter l’observateur à une forme lexicale inconnue. Yann a souvent eu des remarques de badauds qui décrivaient son travail comme des “hiéroglyphes”, ce qui lui confirme qu’une forme typographique est bien distinguée mais sans y déceler son sens. Cette notion l’intéresse particulièrement et il perpétue ses recherches dans ce sens, notamment pour cette écharpe : chrome minimaliste et graphique sur une face et typographies troublantes au verso.

Écharpe à franges tricotée en 4 couleurs de fils : noir, gris clair, blanc, beige.
Édition limitée à 40 exemplaires numérotés
Dimensions : 20 x 160 cm
Fabriqué en Europe


L’outsider est né en Bretagne, où il vit et travaille aujourd’hui. Il découvre le graffiti en 2001, à l’âge de 17 ans. Ses études à l’École Bulle le conduisent à Paris, où il rencontre de nouveaux graffeurs et forme avec eux le crew FD. Dès le début, L’outsider est fasciné et enthousiasmé par la liberté et l’énergie de la pratique du graffiti dans l’espace urbain. Bien qu’il souffre de dyslexie aiguë, il travaille constamment avec les lettres et les mots.
Avec ses potes, il a beaucoup graffé dans les stations de métro parisiennes. Ils se sont orientés sur le style traditionnel du graffiti qui était principalement connu aux États-Unis. Les pionniers du graffiti américain, comme Futura2000 et Dondi White ont été ses premiers modèles artistiques.
Peu à peu, il a développé sa propre pratique créative inspirée par l’architecture, le design graphique et l’art contemporain. Son inspiration s’est enrichie d’expressions créatives de cultures étrangères qui l’ont fasciné tout au long de sa vie. Son voyage à Ndebele (Afrique du Sud) l’a amené à intégrer l’imagerie ethnique et d’anciens motifs picturaux. Au cours de son voyage à travers le Japon, il a également puisé leurs fondements esthétiques, de l’ancienne tradition calligraphique à la culture pop, pour les intégrer, à sa manière, dans son répertoire.
Finalement, son travail est passé de l’espace «extérieur» à l’espace «intérieur». Travailler en studio et produire des toiles lui a ouvert les portes aux galeries et au monde de l’art. Cela a abouti à des expositions à Paris, Zurich, Weil am Rhein et d’autres villes européennes. Néanmoins, il continue toujours à pratiquer dans l’espace urbain par amour de la spontanéité, de l’intuition et de l’adaptation à la spécificité de chaque site.

Son IG